Accueil > Textes de chansons > Le Baiser > SOUDAIN L’ETE DERNIER JE SUPPOSE

SOUDAIN L’ETE DERNIER JE SUPPOSE

Il y a des fleurs sauvages
Et même des nouvelles vagues
J’ai envie d’aller surfer
Entre la marée montante et les déferlantes
Mais la mer est dégueulasse

Et les algues sont grasses
Et la France est gouvernée
Sur le toit, des ouvriers se sont embrassés

Oh, mais regarde tous ces flics
Et qui au bord de l’eau s’amusent

Il y en a autant que des méduses
Et toute la plage est prise de panique

Les gens tout de même
Ils sont tous les mêmes
Des mouches sur la bouche

Soudain l’été dernier
Les gens tout de même
Ils sont tous les mêmes
Le pouce dans la bouche
Soudain l’été dernier
Oh ! Je suppose...


Mais l’orage a grondé
Et le vent a soufflé
C’était juste avant
Que les camions de pompiers nous ont écrasés

Moi, Monsieur, je suis anarchiste

Moi, je suis foncièrement pessimiste
Mais la vie est un combat de chiens
Qui se bagarrent autour d’une poubelle...
Mmh ! ...

Les gens tout de même

Ils sont tous les mêmes
Des mouches sur la bouche
Soudain l’été dernier

Les gens tout de même
Ils sont tous les mêmes

Le pouce dans la bouche
Soudain l’été dernier
Oh ! je suppose...